Que sont les insectes xylophages ?

Les insectes xylophages (du grec « qui mangent le bois ») sont des insectes qui se nourrissent de bois.

En France, on distingue :

  • Les termites, qui vivent en colonie à l’extérieur, dans le sol, mais sont capables de traverser les maçonneries des maisons et immeubles pour venir s’attaquer au bois. Les ravages susceptibles d’être causés par les termites sont tels qu’il existe une législation concernant spécifiquement ces insectes.
  • Les insectes à larves xylophages : capricorne, vrillette, lyctus et syrex. Les insectes adultes sont inoffensifs et vivent très peu de temps. Ce sont leurs larves qui dévorent le bois en vivant à l’intérieur pendant des années, jusqu’à leur métamorphose en adultes prêts à se reproduire. Plus faciles à repérer que les termites, causant aussi moins de ravages, ils ont été exclus du cadre de la loi.

 

En quoi les xylophages sont-il nuisibles ?

Les insectes xylophages ou à larves xylophages causent d’importants dégâts dans les bâtiments en s’attaquant au bois utilisé dans la construction : charpente, poutres et planchers. À l’extrême, le bâtiment peut s’écrouler.

 

Xylophage et traitement préventif

Le traitement est le même quels que soient les insectes xylophages en cause.

  • Dans une construction neuve, le bois de la charpente est garanti pendant 10 ans contre tous insectes et larves. Après ce délai, on peut demander un traitement préventif à un professionnel, ce qui prolongera de dix ans la garantie.
  • On peut aussi effectuer soi-même le traitement préventif en appliquant un produit à base de xylophène sur les éléments de la construction en bois.

Insecte xylophage : traitement curatif

Un produit curatif a deux objectifs : il détruit les insectes xylophages et protège le bois contre de nouvelles attaques. Là encore, le traitement est le même quels que soient les insectes xylophages en cause. Il s’effectue en plusieurs étapes :

Bûchage

Le « bûchage » est une étape indispensable qui consiste à enlever toutes les parties endommagées du bois, jusqu’à retrouver les parties saines et dures.

Ensuite, il faut procéder à un brossage et à un dépoussiérage qui faciliteront la pénétration du produit curatif.

Traitement par pulvérisation ou badigeon

Le traitement insecticide proprement dit se fait par pulvérisation ou par badigeon appliqué au pinceau.

Certains produits sont blancs à l’application et deviennent transparents au séchage : cela permet de s’assurer que le moindre endroit a bien été traité.

Il faut renouveler deux fois l’application, avec au minimum 24 heures d’intervalle.

Pour des bois de section inférieure à 80 cm², ce traitement suffit. Pour des bois de section supérieure, il faut en plus procéder à un traitement par injection,

Traitement par injection

Le traitement par injection a pour but de traiter le bois en profondeur. On perce des trous dans lesquels on injecte un produit insecticide efficace, mais dangereux pour la peau. Lorsqu’on effectue soi-même le traitement, il faut être entièrement protégé (vêtements, gants, masque) et respecter scrupuleusement le mode d’emploi.

 

À qui s’adresser pour se débarrasser d’insectes xylophages ?

Dans bien des cas, il est très utile, voire indispensable de faire appel à une entreprise de désinsectisation :

  • Quand le bois est infesté de termites, car c’est la solidité du bâtiment entier qui est en jeu.
  • Au moment où le traitement doit se faire par injection, car les produits à utiliser sont extrêmement nocifs.
  • Lorsque le traitement implique de jouer les acrobates dans la charpente.

Il faut veiller à ce que l’entreprise choisie ait bien la certification CTB-A+ (Centre Technique du Bois et de l’Ameublement) comme la société Aubriat dont cette certification est reconduite chaque année depuis 1980.

 

Insectes xylophages : déductions fiscales et aides

Les traitements préventifs ou curatifs contre les termites et autres insectes xylophages sont considérés comme des dépenses d’amélioration de l’habitat et permettent de bénéficier de crédits d’impôt ou encore de subventions de l’ANAH (Agence nationale pour l’amélioration de l’habitat).

Source : ooreka

 

En savoir plus sur le capricorne et la vrillette :

Le capricorne des maisons : Hylotrupes bajulus

Espèce fortement repandue en France, elle évolue dans les bois résineux. Son cycle de développement larvaire est de 3 à 5 ans. Durant ce cycle, chaque larve peut creuser des galeries dans les charpentes, les lambris et les menuiseries à une vitesse de 8 à 10 millimètres par jour.

La larveL’insecte parfait (insecte adulte)
Taillejusqu’à 35 mm de longTaille30 à 40 mm de long
Aspect de la sciurefine, claire et tasséeDurée de viede 3 à 4 semaines
Autrebruit caractéristique lorsqu’elle croque le boisPériode de ponteentre juin et septembre
Trous de sortiesoblongs, de 8 à 10 mm

La petite vrillette : Anodium castaneum

Cet insecte s’attaque généralement aux meubles et objets d’arts anciens. Son cycle de développement larvaire est de 1 à 4 ans suivant les conditions climatiques

La larveL’insecte parfait (insecte adulte)
Taillede 3 à 5 mm de longTaillede 3 à 5 mm de long
Aspect de la sciurepetit amas de vermoulure finement granuleuse à la surface du bois.Durée de viede 3 à 5 semaines
Période de ponteentre mai et septembre
Trous de sortiesde 0,5 à 1,5 mm

La grande vrillette : Xestobium rufovillisum

Insecte dont la larve apprécie les bois dégradés avec un fort taux d’humidité.

La larveL’insecte parfait (insecte adulte)
Taillede 6 à 10 mm de longTaillede 6 à 10 mm de long
Aspect de la sciuregrossière, non tasséeDurée de viede 3 à 5 semaines
Durée de vie1 à 10 ans suivant le degré d’altération du boisPériode de ponteentre avril et mai
Trous de sortiesde 2 à 4 mm

Pin It on Pinterest

Share This